Publié le

Selon le PNUE, la planète a besoin de davantage de pistes cyclables et d’infrastructures piétonnes

globaloutlookonwalkingandcyclingDans un rapport publié le 20 octobre, le Programme des Nations Unies pour l’environnement  (PNUE) appelle à une augmentation des budgets de construction de pistes cyclables et d’infrastructures piétonnes afin de sécuriser les usagers.

Le rapport indique que, chaque année, sur les 1,3 million de personnes qui meurent d’accidents de la circulation dans le monde , 49% sont des piétons, des cyclistes et des motocyclistes. Une attention particulière est portée sur les infrastructures pour les piétons et les vélos dans 20 pays à revenu faible et moyen, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, où, par rapport aux pays à revenu élevé, deux fois plus de gens meurent dans des accidents de la circulation routière. Le Malawi, le Kenya et l’Afrique du Sud sont ainsi les pays les plus dangereux pour les piétons et les cyclistes. Respectivement, 66%, 61% et 53% des morts sur la route y sont des piétons ou des cyclistes.

Mais le risque d’accident n’est pas le seul pointé par ce rapport. Selon ce document, le transport motorisé est responsables de 23% des émissions mondiales de CO2. Or, la mauvaise qualité de l’air causerait environ 7 millions de décès prématurés chaque année.

Pour réduire la mortalité liée aux accidents de la route et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, le PNUE préconise ainsi que les pays investissent au moins 20% de leurs budgets de transport dans les infrastructures destinées aux piétons et aux cyclistes.

En France, en 2015, on a  compté 149 tués parmi les cyclistes et 499 parmi les piétons, soit 18% des morts sur la route.

Lire l’intégralité du rapport du PNUE